Jon Oliva's Pain - Global Warning

Publié le par Svar

Présentation du groupe

Nom du Groupe : Jon Oliva's Pain
Origine de la formation : USA
Titre de l'album : Global Warning
Date de Sortie : 22 Mars 2008


Pointer Myspace
Pointer Site


Tracklisting


1 - Global Warning
2 - Look At the World
3 - Adding the Cost
4 - Before I Hang
5 - Firefly
6 - Master
7 - The Ride
8 - O to G
9 - Walk Upon the Water
10 - Stories
11 - Open your Eyes
12 - You Never Know
13 - Someone/Souls

 


 

Genre : Heavy Metal / Progressif / Rock

 


Line-Up :


- Jon Oliva - Chant, claviers
- Matt Laporte - Guitare
- Christopher Kinder - Batterie
- John Zahner - Claviers
- Kevin Rothney - Basse

 

Chronique :


Pour replacer les choses dans leur contexte, Global Warning, est le quatrième effort du groupe, Jon Oliva's Pain, projet l'ex-Savatage, Jon Oliva, qui sévit depuis 2004. Globalement, la formation donne dans un heavy metal, assez orchstral, jouant entre rock hérité de Savatage, et un metal plus moderne. Jon Olivia, qui officie dans le metal depuis plus de 25 ans, n'en reste pas moins un homme de son temps, qui sans oublier ses racines, loin de là, n'enterre pas pour autant son groupe dans des clichés d'une autre époque.

Global Warning est un album varié, alternant titres dynamiques, toujours bien menés, dominés par la voix rocailleuse du charismatique et imposant chanteur, et morceaux plus calmes, souvent porteur d'une émotion particulière. En effet, Jon Olivia a utilisé des pistes enregistrées dans les anées 80, avec son frère Criss, décédé en 1993, lui aussi ex-membre de Savatage, qui forment l'ossature de six des treizes titres de l'album. Une manière pour le leader du groupe d'investir de nouveau son frère dans son travail, celà même 15 ans après la mort de celui ci, et d'ainsi rester proche de l'oeuvre de Savatage.  Si cet opus ne constitue pas réellement un concept album, il est tout de même porteur d'un message assez critique sur l'etat du monde en général, ce qu'exprime plutôt bien la pochette et le titre du disque. Les textes, vous l'aurez compris, font références à toutes sortes de maux dont souffre la planète, écologiques ou sociaux, et abordent des problèmes tels que la guerre, le terrorisme...

Global Warning commence par le titletrack, en grande partie instrumental, sobrement et minutieusement orchestré, et déjà, les influences de Queen renvendiquées par Jon Oliva se font entendre. Influences clairement évidentes dans le second titre, Look at the World, avec ses choeurs, l'intervention du piano et les phrasés de guitares toujours bienvenus, très réussis, composotion qui fait bien taper du pied. Le troisième titre, plus péchu, Adding the Cost, clos ce mini concept que forme ce début d'album. La suite propose des compositions variées, des titres commes Adding the Cost, Before I Hang, Master, morceau assez anecdotiques, à la structure mécanique et aux voix futuristes, mettant en scène un ordinateur qui contrôle des vies humaines, Stories ou You Never Know, sont dynamiques et très percutants. D'autres, comme Firefly, O to G, ou Open Your Eyes, font figure de ballades. Etant moins receptif à ce genre de titres, j'avoue que ce coté de l'abum me plait moins, d'autant plus que certaines paraissent un peu convenues, poussives, et cèdent parfois à la facilité, mais elles se défendent pour la plupart bien, et offrent cependant de bons moments. J'apprécie particulièrement les parties de guitares, assurées par Matt Laporte, qui offrent des mélodies accrocheuses, des solis toujours carrés, bien placés, qui sans faire dans la démesure, apporte un feeling et une technique particulière à l'album, et des passages harmonisés très efficaces. A noter que le guitariste Ralph Santolla (Deicide, Obituary...) est invité sur deux morceaux, Adding the Cost et You Never Know.

Global Warning est donc un album riche et diversifié, qui fait revivre en quelque sorte l'oeuvre de Savatage, et c'est pour celà qu'il s'adresse aussi bien aux fans de la première heure, qu'aux personnes découvrant seulement le travail de Jon Oliva. Une sortie très agréable de ce début d'année, quoi qu'il en soit.

 

7/10

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'prefere quand ça aprle de sucettes et de barbe a papa è_é<br /> <br /> Mot du jour: PWR !! Je suis max puissant \\o/
Répondre
A
Bworf. En même temps, les problèmes abordés sur ce disque sont les mêmes que ceux abordés sur 95% des albums de metal. Y a pas vraiment de raison de ne pas vouloir écouter cet album plus qu'un autre.
Répondre
A
Tu veux du com elabore ok:<br /> <br /> J'en ai rien a foutre, j'men branle, j'men tape, ça m'interresse pas :D<br /> <br /> "Les textes, vous l'aurez compris, font références à toutes sortes de maux dont souffre la planète, écologiques ou sociaux, et abordent des problèmes tels que la guerre, le terrorisme..."<br /> <br /> Super trop envie d'ecouter ça...<br /> <br /> Et j'oubliais: maynine aime il me semble, donc il y a de tres forte chance que je deteste...D'ou mon com clair et concis...
Répondre
S
Euh... je connais pas trop Savatage non plus, mais je pense que tu n'accrocheras pas non plus à celui là dans ce cas... Enfin, tente le coup, on sait jamais (surtout avec toi lol), mais j'ai peu d'espoir. Moi j'ai écouté celui par curiosité, et j'ai bien aimé...
Répondre
A
Mmh... J'avoue que ta chro ne me donne pas envie d'écouter ce disque. Je n'ai jamais écouté le projet de Jon Oliva ceci-dit. J'avais tenté Savatage par le passé, mais le chant m'a rebuté d'office (trop criard d'après mes souvenirs). Ceci dit, ça passerait sûrement mieux maintenant.
Répondre